La photographie de mariage en couleur

La photographie de mariage en couleur - Stéphane Amelinck - 1La photographie de mariage en couleur - Stéphane Amelinck - 2La photographie de mariage en couleur - Stéphane Amelinck - 3La photographie de mariage en couleur - Stéphane Amelinck - 4La photographie de mariage en couleur - Stéphane Amelinck - 5La photographie de mariage en couleur - Stéphane Amelinck - 6La photographie de mariage en couleur - Stéphane Amelinck - 7La photographie de mariage en couleur - Stéphane Amelinck - 8La photographie de mariage en couleur - Stéphane Amelinck - 9La photographie de mariage en couleur - Stéphane Amelinck - 10La photographie de mariage en couleur - Stéphane Amelinck - 11La photographie de mariage en couleur - Stéphane Amelinck - 12La photographie de mariage en couleur - Stéphane Amelinck - 13La photographie de mariage en couleur - Stéphane Amelinck - 14La photographie de mariage en couleur - Stéphane Amelinck - 15La photographie de mariage en couleur - Stéphane Amelinck - 16La photographie de mariage en couleur - Stéphane Amelinck - 17La photographie de mariage en couleur - Stéphane Amelinck - 18La photographie de mariage en couleur - Stéphane Amelinck - 19La photographie de mariage en couleur - Stéphane Amelinck - 20

La photographie de mariage en couleur ou en Noir et Blanc ?

La photographie s’exprime en couleur ou en noir & blanc.
La couleur pour la modernité et le noir et blanc pour souligner l’art.

Sur mon site vous verrez que beaucoup de photographies sont en noir et blanc.
On peut trouver cela étrange de se passer ainsi de la couleur.

Vous aimez la photographie couleur, rassurez-vous tous mes reportages photographiques sont en couleur, ce n’est qu’ensuite durant la post-production que je choisis ou pas de rendre une image plus artistique qu’une autre, mais toutes les photographies couleurs sont préservées durant quelques mois.

Plus de 50 ans après la démocratisation du procédé couleur, plus de 20 ans après l’avènement de l’appareil numérique et des logiciels de retouches, pourquoi les photographes produisent encore tant de noir et blanc?

La couleur arrive en 1903 avec le procédé autochrome des frères Lumières.
Dans les années 60, la photographie couleur se généralise dans le photojournalisme. La reproduction couleur devient en effet bon marché et marque une forme de modernité. Parallèlement, la télévision couleur arrive en 1968 et devient la norme.

Pour autant, la photographie noir et blanc ne disparaît pas, bien au contraire! Face à la modernité de la photographie publicitaire, le noir et blanc symbolise plus que jamais l’art et la création comme le montrent si bien Helmut Newton ou Richard Avedon.

LE NOIR ET BLANC

Parmi les photographes, l’esthétique du noir et blanc est toujours restée fortement ancrée, notamment dans les domaines du portrait et de la photographie de rue.  Et ce, pour une raisons :

  • Chaque photographe a une grammaire visuelle issue des grands noms de la photographie Henri Cartier Bresson, Robert Doisneau… à une époque où le noir et blanc était la norme.

Cependant, à l’âge du numérique, l’influence des anciens et les facilités d’usage ne suffisent pas, à eux seuls, à expliquer pourquoi le noir et blanc reste si présent dans l’esthétique de la photographie moderne. La photographie noir et blanc propose quelque chose de plus.

On constatera que passer une photo en noir et blanc lui donne tout de suite un caractère particulier, un petit quelque chose qui tend vers l’artistique. Supprimer les couleurs, c’est supprimer des éléments qui nous rapproche de la réalité (ou du moins de la perception que nous nous faisons de la réalité).  Le noir et blanc nous en éloigne. La photographie devient alors une interprétation du réel. Et qu’est-ce que l’art sinon une représentation personnelle du monde?

 

LE NOIR ET BLANC VA À L’ESSENTIEL

Un photographe raconte une histoire. Une photographie guide le regard du lecteur. Traiter une photo en noir et blanc permet de diriger beaucoup plus facilement ce regard vers ce qui compte.

Naturellement, l’œil navigue sur une image en fonction de :

  • La luminance – c’est-à-dire les hautes lumières et les éléments brillants qui attirent l’œil
  • Le ton – les couleurs chaudes (rouge, orange…) attirent également l’œil, plus que les couleurs froides (bleu, vert…)
  • La saturation – Les couleurs saturées attirent aussi le regard, plus que les couleurs pastels.

Lorsque l’œil se pose sur une image, votre cerveau choisit de le faire voyager selon ces trois critères (pour être tout à fait complet, la éléments graphiques jouent également un rôle). Sur ces éléments, vous n’avez que la luminance à gérer pour orienter le regard du lecteur si vous faites du noir et blanc. Simplicité.

Typiquement, en photographie de mariage, les préparatifs se font souvent dans des salons de coiffure. Dans ces salons, Les couleurs des murs sont généralement très vives, très flashy, dans les tons rouges, pourpres, magentas… Le marketing visuel justifie ses choix. Ces tonalités symbolisent la créativité, la jeunesse, la passion…

Mais en photographie, ces grands aplats de couleurs viennent souvent « polluer » la lecture d’une image. Un échange de regard entre la mariée et sa maquilleuse sera brouillé par le violet saturé du mur en arrière -plan. Passer l’image en noir et blanc , avec quelques réglages de luminance localisés, est alors un très bon moyen de « dire » à votre œil où il doit regarder.

EN NOIR ET BLANC, J’AI L’IMPRESSION D’ALLER PLUS  À L’ESSENCE DE MON HISTOIRE

 De la même manière, une photo comportant beaucoup d’éléments colorés en arrière-plan, même baignés dans le flou, viendront attirer l’œil et détourner l’attention de ce qui est réellement important dans l’image. Le noir et blanc aidera alors à purifier l’image, à la rendre plus simple à lire.

Certains considèrent le noir et blanc; non pas comme un choix de traitement photo parmi d’autres, mais bien comme une technique créative à part entière, une technique directive en l’occurrence. Il s’agit de montrer sans fioriture, non la réalité, mais le message du photographe. Le noir et blanc, c’est le retour aux fondamentaux.

LE NOIR ET BLANC SUBLIME TOUT

Comme il est dit plus haut, la lecture d’une photo est guidée par sa composition, par les éléments graphiques qui la composent. Je parle ici de formes géométriques, de lignes directives, des répartitions entre les zones sombres et les zones claires. Ce langage graphique est facilité lorsque la couleur est absente.

L’absence de couleur permet aussi de porter l’attention sur la texture des surfaces, le grain de la peau, le volume des matières

LE NOIR ET BLANC EST INTEMPOREL

La couleur trahit son époque. Les filtres instagram des années 2010, le tone mapping criards des années 2000, les balances des blancs incertaines de nos premiers compacts numériques, les polaroïds jaunis de notre enfance, le sépia de nos grands-parents… Si vous êtes passionné de photographie et que vous avez vu des milliers d’images, il vous devient facile de deviner l’âge d’une photographie couleur sans autres indices.

A l’inverse, en dehors du jaunissement d’un papier mal conservé, un noir et blanc reste un noir et blanc. Seul les éléments constitutifs de l’image trahiront l’époque d’une prise de vue, le look vestimentaire, le design des objets…

C’est ce qui rend certains portraits si fascinants:

Nos appareils photos actuels sont capables d’enregistrer 16 millions de valeurs chromatiques différentes. Pourtant, la photographie en noir et blanc n’a pas moins de sens aujourd’hui qu’hier. Elle vient même nous accorder une pause dans le rush de nos vies numériques. Elle est l’outil d’un langage graphique qui tend vers la simplicité, la pureté et le minimalisme. Des choses qui manquent à notre époque. Des choses qui me parlent en tant qu’homme et en tant que photographe.

Certains passages sont extrait du site de Jérémie Morel.